Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LULU FROM MONTMARTRE

Bouts de vie from Montmartre, Paris et ailleurs...

Cloclo ou les papillons de ma jeunesse...

cloclo-affiche-2.jpgIl y a des dates dont on se souvient toute sa vie ; ce qu’on faisait et où on était le 11 septembre 2001 ou le 21 avril 2002 par exemple. Moi, je me souviens parfaitement du 11 mars 1978 : c’était un samedi, j’avais 7 ans, nous déménagions, et j’avais dormi chez ma copine d’école. Oui, je me souviens parfaitement du jour où Claude François est mort… A la maison, maman écoutait la radio toute la journée, et j’ai été bercée par la variété française pendant de nombreuses années, à tel point que j’ai fini par en faire mon métier. Alors forcément, la disparition d’un chanteur de variétés peut sembler un non événement pour beaucoup, mais moi ça m’a marqué.

 

Cloclo, le film de Florent-Emilio Siri, retrace le parcours hors du commun de cet homme, né en Egypte en 1939, fils d’Aimé et de Luccia (dite Chouffa), italienne, débarqué en France avec sa famille en 1956 à la suite de la nationalisation du Canal de Suez, et devenu l’un des chanteurs les plus populaires des années 60 et 70. Je connaissais assez bien la vie de Claude François, et je n’ai donc pas appris grand chose, hormis peut-être un besoin de reconnaissance viscéral notamment vis à vis de son père. Mais ceux qui ne connaissaient que ses chansons découvriront grâce au film le portrait sans concession d’un type surdoué certes, mais parfaitement égocentrique, maniaque et jaloux.

 

Malgré tout, si vous n’aimez pas Claude François, n’allez pas voir Cloclo, parce qu’autant même sans être fan, on pouvait apprécier plus qu’apprécier Podium, autant là, si les costumes à paillettes et "Le Lundi au Soleil" vous filent des boutons, je doute que vous passiez un bon moment, surtout que ça dure quand-même 2 h 20. Maintenant, les nostalgiques des années 60, des concerts sous chapiteaux, des émissions de Maritie et Gilbert Carpentier et tous ceux qui comme moi étaient abonnés à Podium (ben oui, à 7 ans, certains lisaient Pif Gadget ou le Journal de Mickey, moi c’était Podium ; CQFD) devraient apprécier.

 

Perso, je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé, mais j’ai un gros problème avec Jérémie Rénier, et avec la distribution de manière générale. Tout le monde a unanimement salué la performance du comédien et sa ressemblance incroyable avec Claude François. Alors c’est vrai, il lui ressemble, on ne peut pas dire le contraire, en tout cas il y a un vrai mimétisme, mais pardon, j’ai trouvé son interprétation complètement fausse et à côté de la plaque. Et j’ai eu ce sentiment pour la majorité des rôles, exceptés Monica Scattini qui interprète Chouffa et qui est parfaite, et Benoît Magimel que je n’avais même pas reconnu tellement il est bluffant dans le rôle de Paul Lederman. Rien à voir donc avec « Gainsbourg, vie héroïque » par exemple, où j’avais vraiment été impressionnée par la qualité du casting.

 

Alors forcément, n’ayant pas accroché avec l’interprétation de Jérémie Rénier, je suis forcément un peu déçue par le film, même si j’ai eu envie de danser et de chanter tout du long (ah moi, rien que « la pendule / de l’entrée… » et ça part direct !). Je tiens d’ailleurs à souligner le magnifique travail sur la bande son, réalisée par Alexandre Desplat (à qui l’on doit entre autres les B.O du Discours d’un Roi, The Tree of Life ou Twilight). Et puis j’ai quand-même versé ma petite larme, même si je connaissais déjà la fin ! Mon ado, avec qui j’ai vu le film (parce que PacsMan s’est défilé sur ce coup là, lui "La Ferme du Bonheur" et "Alexandrie, Alexandra", c’est vraiment pas son truc), m’a d’ailleurs dit en sortant « c’est quand-même con qu’il meure à la fin ! ». Ah ça pour être con…

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Lulu from Montmartre

Lulu, pacsée, maman comblée, marâtre assumée et communicante digitale de proximité. Lulu From Montmartre est mon blog personnel. Pour tout savoir sur Montmartre autrement, rendez-vous sur www.montmartre-addict.com.
Voir le profil de Lulu from Montmartre sur le portail Overblog

Commenter cet article

Nahe 27/04/2012 13:59


Un petit bug m'a empêchée de laisser un comm' plus tôt...  Je m'en souviens très bien : j'étais chez mes grands parents et j'ai appris la nouvelle par une émission spéciale d'André Torrent :
il  ne passait que des morceaux de Cloclo, ce qui nous a paru bizarre...

Lulu from Montmartre 28/04/2012 19:01



Tes grands-parents devaient écouter RTL !



Nadine 24/04/2012 19:59


Moi aussi je me souviens avec beaucoup de détails du 11 mars 1978 et j'ai eu envie de danser pendant tous le film ! Par contre, à la fin du film, j'ai du partir vite fait et la tête baissée parce
que j'étais en larmes.  C'est pas la mort de Cloclo, c'est pas non plus l'interprétation des comédiens, qui
parfois aussi m'a dérangée, mais c'est l'ambiance des années 70. J'ai eu l'impression d'être propulsée dans mon enfance et de la revivre. Vraiment. C'est tout juste si je sentais pas les
odeurs.  En tout cas, merci beaucoup pour cet article !

Lulu from Montmartre 26/04/2012 01:25



Ça m'a fait exactement le même effet !



Nahe 24/04/2012 12:22


J'aurais pu écrire ces premières lignes, on se rejoint pile

Lulu from Montmartre 24/04/2012 16:22



Tu te souviens du 11 mars 78 aussi ?