Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LULU FROM MONTMARTRE

Bouts de vie from Montmartre, Paris et ailleurs...

Le trésor de gourdon

Comme vous le savez peut-être déjà, c’est à partir de demain que se déroulera à Paris ce que certains qualifient de « vente du siècle », à savoir la mise aux enchères par Christie’s de la collection du Château de Gourdon, considérée comme l’une des plus belles, si ce n’est LA plus belle collection d’Art Déco au monde ! Autant vous dire qu’il s’agit d’un véritable événement, et je n’ai pas pu résister à l’envie d’aller admirer tous ces meubles et autres objets exposés jusqu’à ce soir au Palais de Tokyo, avant qu’ils ne soient disséminés aux quatre coins du monde.

J’ai donc pu découvrir les quelques 800 pièces rares créées par les plus grands et les plus inventifs designers des années 20 et 30, tels que Ruhlmann, Jourdain, Mallet-Stevens ou Legrain, ce qui est déjà un bonheur en soi. Mais là où l’expérience s’est avérée singulière pour moi, c’est de me dire que peut-être, la dame qui prenait des notes et qui entourait fièvreusement les numéros de lots sur son catalogue, venait faire son repérage et était donc potentiellement la future propriétaire de la « Lampe aux Nénuphars » dessinée par Louis Majorelle, estimée entre 30 et 50 000 € (l’une des rares pièces Art Nouveau de la collection, mais pas des moindres puisque faisant partie de la fameuse « Chambre aux Nénuphars »), ou encore de ce flacon de parfum René Lalique (estimation 5000 à 8000 €).

DSC05956-1.JPG DSC05976-1.JPG

J’ai naturellement voulu en savoir plus sur cette inestimable collection (enfin, si, entre 40 et 60 millions d’euros tout de même !), d’autant plus qu’il s’agissait d’une collection privée et que son unique propriétaire n’était âgé que de 38 ans ! Et il s'agit bien une histoire digne des meilleurs romans.

Imaginez un château médiéval perché sur les hauteurs de Grasse, propriété du fondateur de l’entreprise Bis, pionnière de l’intérim en France. Sa mère y avait été cuisinière et il était lui-même né au château. Collectionneur et mécène, Laurent Negro ouvre les portes du château aux visiteurs, et y présente ses propres collections dès les années 70. A sa mort en 1996, c’est son fils, Laurent Negro junior, qui hérite du domaine et de l’immense fortune familiale. Le fiston est aussi un grand amateur d’art, mais sa passion à lui, c’est l’Art Déco. Il va ainsi réunir en moins de 15 ans la plus incroyable collection Art Déco, et en août 2003 le Musée des Arts Décoratifs et de l’Art Moderne ouvre officiellement ses portes au Chäteau de Gourdon.

images.jpg

Mais tout repose en fait sur la personnalité pour le moins originale de ce riche héritier. Parce qu’il est riche Laurent Negro, tellement riche qu’il semble vivre hors du temps et loin du monde. Marié et père de famille (ah oui désolée les filles, son cœur n’est plus à prendre…), il vit à Milan mais ne se montre quasiment jamais. J’ai pu lire qu’il ne possédait ni ordinateur, ni téléphone portable, qu’il ne prenait jamais l’avion car son père avait été le seul survivant d’un crash, qu’il adorait faire du deltaplane, qu’on le prenait volontiers pour le gardien lorsqu’il faisait visiter le château durant l’été, et que son seul signe extérieur de richesse était une moto…

 

Un garçon simple, modeste et passionné en somme, mais un garçon qu’il ne faut pas chercher ! Car on se demande bien quelles raisons ont pu le pousser à fermer les portes du Musée et à disperser cette fabuleuse collection… Comme dans les romans de Pagnol (on est dans le midi), les sangs s’échauffent vite et on n’y va pas par quatre chemins. En gros, Laurent Negro avait acheté des arbres de collection qu’il comptait replanter dans les jardins du Château, mais les bâtiments de France, alertés par la municipalité, l’en ont empêché sous prétexte que cela masquerait le château… « J’ai dit puisque c’est comme ça, je ferme tout ! »* Et toc ! Auriez-vous une seule seconde imaginé qu’on devait l’une des ventes du siècle à une simple histoire de Clochemerle ??? En attendant, Laurent, il s’en fout ! Il est fâché avec le maire du village, mais il garde son château qui redevient entièrement privé où il viendra simplement passer quelques jours de vacances, en attendant de se trouver une nouvelle passion !

Et ce sont d’autres collectionneurs du monde entier qui pourront dès demain enchérir sur le fabuleux trésor du Château de Gourdon. Ah… si j’étais riche !

DSC05958-1 DSC05963-1 DSC05969-1

DSC05968-1 DSC05991-1

DSC05961-1 DSC05979-1

DSC05997-1.JPG

 

* extrait de l’article paru dans Nice Matin le 18/11/2010 (http://www.nicematin.com/article/cote-dazur/litige-a-gourdon-le-chateau-ferme-ses-oeuvres-aux-encheres)

Détails de la vente ici

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Lulu from Montmartre

Lulu, pacsée, maman comblée et marâtre assumée. Lulu From Montmartre est mon blog personnel. Pour tout savoir sur Montmartre autrement, rendez-vous sur www.montmartre-addict.com.
Voir le profil de Lulu from Montmartre sur le portail Overblog

Commenter cet article

Clarethemadmary 29/03/2011 11:41


J'y étais hier aussi.
Ce que je trouve le plus ironique dans l'histoire c'est que l'ensemble de la collection était installée dans des salles reconstruites sur mesure dans un château qui a l'air incroyable: pour une
fois la province pouvait dire 'et toc!' à Paris et on en parle enfin une fois le château vidé, quand nous les parisiens, on se presse au Palais de Tokyo pour voir les restes.
Cela dit, si j'étais riche...aussi!


Lulu from Montmartre 29/03/2011 18:04



On est bien d'accord !!!