Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LULU FROM MONTMARTRE

Bouts de vie from Montmartre, Paris et ailleurs...

La Garçonnière : essai transformé pour Hélène Grémillon

Il y a un peu moins d'un an, j'avais dévoré "Le Confident", découvrant par la même occasion une jeune auteure pleine de talent, Hélène Grémillon, dont j'attendais depuis avec impatience le nouveau roman. La bonne nouvelle de cette rentrée littéraire était donc moi pour la sortie de "La Garçonnière", et j'ai profité de mon week-end à la campagne pour m'y plonger ; j'ai en effet pensé que si ce deuxième opus était de la même teneur que le premier, j'aurais envie de le lire d'une traite... J'ai bien fait !


Quand on a adoré un premier roman, on a toujours peur d'être déçu. Avec "La Garçonnière", Hélène Grémillon confirme son formidable talent, tant par son écriture que par la manière qu'elle a de nous embarquer dans une intrigue.


L'action se situe à Buenos Aires, en 1987, et tout ce que nous apprend la quatrième de couverture, c'est que le roman est inspiré d'une histoire vraie, et que, si les saisons ne sont pas les mêmes partout, les êtres humains si. Mais c'est tout. L'autre pitch aurait pu être "Vittorio, psychanalyste, retrouve un jour en rentrant chez lui sa femme défenestrée. Accusé du meurtre de celle-ci, il tentera de prouver son innocence avec l'aide d'Eva Maria, l'une de ses patientes." Mais ça, ce serait le résumé d'un bon polar. "la Garçonnière" n'a rien à voiŕ avec ça, et même si bien sur il s'agit d'une enquête, celle-ci ne mène absolument pas là où l'on pourrait penser. C'est une enquête certes, mais c'est bien plus que ça.


On retrouve dans "La Garçonnière" tous les ingrédients qui faisaient déjà du "Confident" un formidable roman. Une trame passionnelle sur fond historique, un drame familial, et surtout une écriture profonde et désarmante "Eva Maria a l'impression d'avoir dans la tête un arbre dont les bourgeons du soupçon poussent sans cesse, tous valables, tous invalides." Et j'avoue qu'en lisant le livre, je me suis souvent retrouvée dans la tête d'Eva Maria, tant on peut imaginer mille fins à cette histoire, mais certainement pas celle que nous réserve l'auteur.


Bien plus qu'un polar donc, "La Garçonnière" est un roman sur l'amour, la passion, la jalousie mais surtout la culpabilité, parce que quelles que soient les situations et les circonstances, on est toujours coupable de quelque chose aux yeux de quelqu'un, même des siens.


Hélène Grémillon transforme l'essai avec ce deuxième roman passionnant, et fait désormais partie du cercle très fermé des auteurs dont je lirai les livres dès leur sortie.

La Garçonnière : essai transformé pour Hélène Grémillon
"La Garçonnière" d'Hélène Grémillon - Éditions Flammarion.

Lu dans le cadre de ma participation aux matchs de la rentrée littéraire PriceMinister-Rakuten. Ma note : 18

Rendez-vous sur Hellocoton !

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Lulu from Montmartre

Lulu, pacsée, maman comblée, marâtre assumée et communicante digitale de proximité. Lulu From Montmartre est mon blog personnel. Pour tout savoir sur Montmartre autrement, rendez-vous sur www.montmartre-addict.com.
Voir le profil de Lulu from Montmartre sur le portail Overblog

Commenter cet article

Ines 04/11/2013 23:13

Il va vraiment falloir que je me lance ds la lecture de cet auteur car autant celui-ci que le confident me tente énormément....

Lulu from Montmartre 07/11/2013 17:10

Oui, tu peux lire l'un ou l'autre, les deux sont vraiment bien !

chocoladdict 04/11/2013 09:15

ah il faut que je rajoute une note ! (et j'ai aussi oublié le lien ))

bon forcément j'ai très envie de lire le Confident maintenant )

Lulu from Montmartre 07/11/2013 17:09

Ah oui, indispensable ! Le Confident a été un vrai coup de coeur pour moi...

misschocoreve 04/11/2013 09:12

j'espere qu'il va gagner le prix de la rentrée littéraire :)

Lulu from Montmartre 07/11/2013 17:09

En tout cas tous ceux qui l'ont lu ont beaucoup aimé on dirait...