Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LULU FROM MONTMARTRE

Bouts de vie from Montmartre, Paris et ailleurs...

Une femme fuyant l'annonce : un roman troublant

David-Grossman-Une-femme-fuyant-lannonce.1Il est rare que je mette autant de temps à finir un roman, mais il m’aura fallu presque quatre mois pour venir à bout d’ « Une femme fuyant l’annonce » de David Grossman. Preuve en est que lorsqu’on commence un livre, il faut que ce soit dans de bonnes conditions, parce qu’hormis le fait que ce soit un pavé (650 pages, et même pas en format de poche, je ne sais toujours pas ce qui m’a pris), j’étais en plein rush de boulot (en janvier), j’avais trop de choses dans la tête, et je n’arrivais pas à me concentrer. Quand je parvenais à lire plus de 20 pages d’affilée, j’étais contente, mais comme je reprenais ma lecture parfois plus d’une semaine plus tard, j’avais perdu le fil et je ne comprenais plus rien. Et c’est vraiment dommage…


En effet, « Une femme fuyant l’annonce » a quand-même été élu meilleur livre de l’année 2011 par le magazine Lire, et j’ai souhaité le lire parce que j’avais effectivement entendu d’excellentes critiques un peu partout. Je trouvais surtout le postulat de base très intéressant : en Israël, alors que son plus jeune fils s’est porté volontaire pour une mission durant la guerre, une mère de famille quitte son domicile, persuadée que s’il n’y a personne chez elle, personne ne pourra venir lui annoncer la mort de son enfant, conjurant ainsi un horrible pressentiment. L’héroïne nous invite malgré elle à un véritable voyage initiatique, le sien propre à son histoire, mais aussi le notre, celui d’une mère confrontée à la pire des angoisses…

 

Je pense simplement que je suis passée à côté ; parce que oui, c’est vraiment un très beau livre, extrêmement bien écrit, un peu dans la veine de Paul Auster, dont je suis une grande fan (c’est d’ailleurs lui qui a écrit la préface). Mais c’est très long, et c’est peut-être le genre de livre que j’aurais adoré si j’avais été en vacances, l’esprit libre et reposé, sauf que ce n’était pas le cas. J’ai eu du mal à suivre les personnages, les flash-backs, et je ne connais certainement pas assez bien l’histoire contemporaine d’Israël pour être vraiment rentrée dans l’histoire. Il était cependant hors de question que je n’aille pas jusqu’au bout (je déteste arrêter un livre avant la fin), et j’ai bien fait car malgré tout, ce livre m’a vraiment marqué.

 

Cette histoire est d’autant plus touchante que l’auteur a écrit ce livre alors que son propre fils, enrôlé dans l’armée lors de la deuxième guerre du Liban en 2006, est mort au combat alors que le manuscrit était presque terminé. « Ce qui a changé surtout, c’est l’écho de la réalité dans lequel la version finale a vu le jour ». Bien sûr je ne vous raconterai pas la fin, mais on ne peut s’empêcher de penser à la force et au courage qu’il aura fallu à David Grossman pour achever son roman.

 

Et vous, vous est-il déjà arrivé d'avoir le sentiment de ne pas pas apprécier un roman à sa juste valeur ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Lulu from Montmartre

Lulu, pacsée, maman comblée, marâtre assumée et communicante digitale de proximité. Lulu From Montmartre est mon blog personnel. Pour tout savoir sur Montmartre autrement, rendez-vous sur www.montmartre-addict.com.
Voir le profil de Lulu from Montmartre sur le portail Overblog

Commenter cet article

Debo 06/05/2012 23:17


bonsoir,


lectrice relativement assidue également pour ma part et plutôt "boulimique" lorsque je commence un livre, je me suis complètement retrouvée dans ce post!


J'ai ouvert le livre il y a maintenant un peu plus d'un mois et c'est avec peine que j'ai atteint la moitié de ce roman. Pourtant je vous rejoins complètement sur la qualité de l'écriture, la
profondeur des personnages....Une chose est sûre, ce n'est pas un livre "metro, rer", il faut du temps et prendre le temps de l'apprécier à sa juste valeur. Pour ma part je l'ai refermé et vais
attendre mes prochaines vacances!


 


Excellente lecture à celles et ceux qui se laisseront tentés.

Lulu from Montmartre 07/05/2012 17:57



Merci pour ce commentaire. C'est certainement une sage décision, et je pense que vous l'apprécierez d'autant plus...



Céline☼ 04/05/2012 13:15


Merci pour ta critique. Je ne connaissais pas ce livre mais tu m'as donné envie de le lire. Même pas peur du nombre de pages ! ;-)

Lulu from Montmartre 04/05/2012 22:18



Je suis heureuse de t'avoir donné envie de le lire malgré mon avis un peu mitigé, car il en vaut vraiment la peine !



Blanche De Castille 04/05/2012 07:36


Je comprends tout à fait ton sentiment... j'ai dévoré ce livre en quelques jours, mais peut-être est-ce parce que je l'ai lu à une période non troublée, l'esprit entièrement libre... (ce qui
n'est plus le cas depuis 3 mois...)


Ce livre m'a énormément plu, mais il faut avouer qu'il a 200 pages de trop... et ce n'est pas vraiment quelque chose qu'on a envie de lire en vacances...Ne t'inquiète pas, beaucoup de gens n'ont
pas aimé ce livre, mais c'est possible aussi que tu sois passée à côté de quelque chose (mais après tout, il y a des milliards de livres pour se rattrapper)


J'ai récemment lu "l'antivoyage" de Muriel Cerf. Intéressant sans plus, alors que j'ai l'impression qu'il a fait fureur à sa sortie... Pareil pour Heloise est chauve d'Emilie de Turkeim :
l'histoire m'a beaucoup dégoutée, et je n'ai pu en faire abstraction pour apprécier la magnifique plume de cette jeune auteur... Pourtant le début m'a éblouie, mais on rentre trop vite dans le
cru, l'inceste, le malaise...


 


Je te souhaite une belle journée, et je te souhaite aussi de trouver un bouquin qui t'aille mieux la prochaine fois!! bises!

Lulu from Montmartre 04/05/2012 22:15



Ouh la la, j'ai une pile énorme de bouquins à lire (j'ai pris du retard !!!), je ne doute pas d'aller plus vite la prochaine fois !