Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LULU FROM MONTMARTRE

Bouts de vie from Montmartre, Paris et ailleurs...

Le jour où on a voulu voir la neige dans le Jura

Le jour où on a voulu voir la neige dans le Jura

Dans quelques années, les habitants de Lajoux dans le Jura, et plus particulièrement Lucie, la patronne du Trappeur aux Molunes, se raconteront sûrement encore, en riant, l'histoire de ces cons de parisiens avec leur Smart... Les cons de parisiens, vous l'aurez compris, c'étaient nous, les From Montmartre, et honnêtement, on ne pourra pas leur en vouloir de se moquer.

Quelques jours avant les fêtes de fin d'année, alors que j'avais émis l'idée d'aller voir la neige pas trop loin de la Bourgogne entre Noël et le Jour de l'An, PacsMan m'annonce, contre toute attente, qu'il a trouvé et réservé un hôtel en pleine montagne, au pied d'une piste, un peu au milieu de nulle part dans le Jura. Oh joie ! Rien ne pouvait me faire plus plaisir en cette fin d'année 2017, à un moment où j'avais comme qui dirait besoin de faire un vrai break. "Mais attention !" lui avait dit la dame de l'hôtel, "il a beaucoup neigé, vous ne pourrez pas monter en voiture sans chaînes !". Qu'à cela ne tienne, la veille du départ, PacsMan partit donc acheter les dites chaînes, se laissant l'après-midi pour apprendre à les installer avec l'aide de mon père, à qui, en théorie, ce genre de petite problématique ne pose aucun problème... On aurait du se méfier, puisqu'après trois bonnes heures de prise de tête et deux aller-retour au garage, toujours impossible de mettre ces maudites chaînes ! "C'est parce qu'on n'a pas l'habitude, dans le Jura, ils sauront bien nous aider...". Et c'est ainsi que nous voilà partis le lendemain matin, en espérant que la météo soit suffisamment clémente pour nous permettre d'atteindre l'hôtel sans équipement, ou qu'un vrai montagnard nous vienne en aide sur place.

La dame de l'hôtel (aka Lucie), avait également précisé qu'il ne fallait pas écouter le GPS, et que nous devions, je cite, "prendre direction Les Molunes une fois arrivés à Lajoux" ; mais ça pour un montmartrois, c'est un peu comme dire à un jurassien de passer par le Marché Saint-Pierre et le Soleil de la Butte pour monter au Sacré Coeur plutôt que de prendre le funiculaire ! Et on a donc écouté le GPS... Au début, il pleuvait, on s'est dit "pas de bol", mais Lucie avait dit qu'il y avait de la neige en haut, donc nous étions confiants. Et puis à un moment, il s'est mis à neiger, vraiment, mais comme on n'était pas très loin, on s'est dit que ça passerait... Jusqu'au moment où le GPS nous a dit de tourner à gauche, ce qu'on a fait, pour nous retrouver sur une route non déneigée. Stop ! "Allo Lucie, alors voilà, je crois qu'on ne vous a pas bien écouté, nous sommes sur une toute petite route non déneigée à tel endroit..." "Faites demi-tour immédiatement, et redescendez la route principale, si vous prenez par l'autre côté, ça passe !". Alors on a fait demi-tour (ou plutôt marche arrière), mais on n'est pas redescendus, on a voulu continuer à monter, parce que ça semblait pas logique en regardant le GPS ! Sachant qu'il neigeait de plus en plus fort, on a fait 20 m et là, terminé, on n'a plus pu avancer.

Pacsman au volant : "mais si mais si, je suis sûr qu'on peut y arriver"

Nous : "non !!! on n'avance plus, on arrête une voiture et on demande de l'aide !!!"

La première voiture à qui nous faisons signe s'arrête, et la conductrice propose gentiment à PacsMan de l'accompagner 500 m plus haut : "le monsieur du club de poneys s'y connaît en chaînes, il pourra sûrement vous aider !". Dix minutes plus tard, PacsMan revient avec le monsieur en question, qui a effectivement l'air de s'y connaître en chaînes, puisqu'aussitôt la boite ouverte, le voilà déjà sous la voiture en train de... jurer "mais putain c'est quoi cette merde ? Pourquoi ça passe pas ? Mais j'ai jamais vu ça...".

Le jour où on a voulu voir la neige dans le Jura
Le jour où on a voulu voir la neige dans le Jura

Au bout d'une bonne demi-heure, et alors que le neige continue de tomber vraiment fort, il décide d'abandonner et de tirer notre voiture jusqu'à chez lui, après on avisera. Oui mais... il est où l'anneau de traction sur une Smart ? Et d'ailleurs, elle est où la roue de secours ? Et le cric ?  Et d'ailleurs comment on ouvre le capot ? C'est à ce moment précis qu'on a compris que notre voiture ressemblait à peu de choses près plus à un jouet qu'à une automobile digne de ce nom, et qu'en aucun cas elle n'avait été conçue pour rouler dans des conditions "extrêmes", en tout cas pas du tout en montagne sur une route enneigée ; comprendre la Smart est une voiture de ville, un point c'est tout ! En bonne parisienne, me voilà à chercher sur YouTube (je rappelle que j'ai réussi à ouvrir la porte de chez moi avec une radiographie grâce à un tuto sur YouTube "où se trouve la roue de secours d'une Smart" ? Réponse : y en n'a pas ! Et l'anneau de tractage ? Sous le tapis passager !!! On n'était clairement pas près de le trouver, heureusement qu'on avait du réseau ! Allez hop, tout le monde dans la camionnette du gentil monsieur, PacsMan au volant de notre voiture de Playmobil, et nous voilà partis jusqu'au club de poneys.

Le jour où on a voulu voir la neige dans le Jura

En arrivant, le monsieur nous invite gentiment à nous mettre au chaud, et tandis que les enfants rentrent dans la maison, j'appelle Lucie à l'hôtel pour lui dire où nous en sommes, et lui proposer, si elle est d'accord, de laisser notre voiture sur place et de venir nous chercher... "D'accord, mais alors restez bien au chaud dans la voiture, j'arrive d'ici 3/4 d'heure". "Ah mais nous sommes déjà au chaud, nous sommes chez les gens du club de poneys !". Sauf qu'en passant par ce qui devait sûrement servir d'écurie pour entrer dans la maison, j'ai eu le sentiment de me retrouver comme Les Bronzés Font Du Ski, au moment où ils arrivent chez les montagnards qui viennent de les récupérer au refuge ! Heureusement, la dame ne nous a proposé que du café, et en plus elle était vraiment sympa, mais on évitait tous de se regarder de peur d'éclater de rire tellement on se sentait ridicules... et terriblement parisiens !

Quand Lucie est enfin arrivée, et qu'on lui a dit que la voiture était bien garée sur le parking du club, elle a quand-même trouvé qu'elle était un peu loin de la route "parce que si il neige vraiment, ensuite il faudra déneiger pour la sortir !" PacsMan "non non, c'est bon, elle est bien là..." "Vous êtes sûr ? Moi je l'avancerais un peu je vous assure..." "Non non c'est bon, tant pis, on verra bien". Et nous voilà partis en direction de l'hôtel... Moi qui rêvais de pratiquer la conduite sur la glace, j'ai compris ; après Les Bronzés Font Du Ski, j'étais cette fois dans une épreuve de V Rallye ; clairement, avec ou sans chaînes, on ne serait jamais montés avec la Smart !

Le jour où on a voulu voir la neige dans le Jura

Je passe rapidement sur la suite, et après une bonne nuit de sommeil, on allait enfin pouvoir profiter de notre court séjour à la montagne ; séjour d'autant plus court qu'il était prévu qu'on reparte le lendemain, et qu'il allait donc falloir s'organiser (le mot qui tue !) pour aller récupérer notre auto là où on l'avait laissée, sachant qu'entre temps, il était tombé près d'un mètre de neige supplémentaire ! Mais en attendant, à nous la poudreuse et les pentes enneigées.

Le jour où on a voulu voir la neige dans le Jura
Le jour où on a voulu voir la neige dans le Jura

Raisonnablement, on s'est dit qu'il vaudrait mieux qu'on fasse du ski de fond. Après deux kilomètres de marche dans la neige (l'enfer !), nous voilà arrivés au village (je rappelle que PacsMan avait bien parlé d'un hôtel au milieu de nulle part) pour louer des skis. Je passe encore rapidement sur le fait qu'en empruntant le parcours de ski de fond, on pensait trouver sur le chemin un refuge où l'on pourrait se restaurer, mais que dalle ! Sur le fait qu'on a découvert que Junior était dyslexique des pieds (ben oui, c'est possible) et qu'il avait un sens de l'équilibre plus qu'improbable... Il a passé sa journée à s'emmêler les skis, et donc le cul dans la neige (je n'ai jamais vu personne tomber autant de fois en si peu de temps), sans parler du temps à lui faire comprendre comment monter en canard... La bonne nouvelle, c'est qu'il a trouvé cool les descentes, et qu'il est prêt à essayer le ski alpin (le truc dont il ne voulait plus entendre parler depuis qu'on avait essayé de le coller aux pioupious quand il était tout petit, ou comment traumatiser un gosse à vie !).

Le jour où on a voulu voir la neige dans le Jura
Le jour où on a voulu voir la neige dans le Jura
Le jour où on a voulu voir la neige dans le Jura
Le jour où on a voulu voir la neige dans le Jura

A l'inverse, sa soeur qui se débrouille plutôt très bien en ski alpin a détesté le ski de fond, et surtout les descentes ! Résultat, dès que la pente était un peu trop raide (comprendre l'équivalent d'une piste d'apprentissage pour les fameux pioupious), elle hurlait "oh la la, ça va trop vite (Josiane Balasko si tu nous regardes !), je déchausse !!!". Nous avons donc passé la journée à ramasser le petit et à attendre la grande, mais on a bien rigolé. C'est d'ailleurs ce que nous a dit Lucie quand on a fini par rentrer à skis à l'hôtel, en s'étant forcément trompés de piste et donc avoir rallongé le trajet : "vous faites n'importe quoi mais au moins vous vous marrez !" Ah ça pour se marrer on se marre... jusqu'à un certain point ! Car c'était sans compter sur le retour le lendemain...

Jour 3 : on s'organise, sachant que nous devons ramener les skis au village, revenir à l'hôtel et trouver quelqu'un pour nous ramener à notre voiture. J'ai à un moment envisagé d'appeler un taxi (il y a bien des taxis dans le Jura non ?), mais Lucie, toujours prête à rendre service (elle nous trouvait encore vraiment sympa à ce moment là), avait demandé à l'un de ses amis de lui prêter sa voiture pour nous conduire jusqu'à la nôtre. Qui fut dit fut fait, le temps de faire l'aller/retour au village d'abord à ski puis à pied et pour la grande de se fouler la cheville en sortant de l'hôtel, nous obligeant à ramener ses skis sur le dos, et nous voilà repartis... "Ne tardez pas trop", nous dit Lucie, "ils prévoient de nouveau de la neige, il vaut mieux que vous repartiez avant que ça ne tombe vraiment". En route, notre accompagnateur nous avoue qu'il n'est pas du tout de la région, et comme il a vraiment beaucoup neigé, qu'il n'est pas sûr de bien reconnaître la route que lui a indiqué Lucie... Bouge pas, j'ai mon GPS ! Et là... vous suivez ??? ON T'A DIT DE NE PAS ÉCOUTER LE GPS LULU, T'ES BOUCHÉE OU QUOI ??? 

Donc le GPS dit de prendre à droite, on prend à droite, panneau "route non déneigée" mais qu'à cela ne tienne, cette fois la voiture est équipée, et moins de 500 m plus loin, ce qui devait arriver arriva : nous voilà plantés ! Et cette fois on n'est pas du tout sur une route avec du passage, nous sommes seuls au monde, avec la neige qui recommence à tomber (ils sont plus forts en météo qu'en GPS dans le Jura !) et les meutes de chiens qui hurlent au loin (ok, c'étaient des chiens de traineaux, mais quand-même, ça ressemblait vraiment à des loups). "Allo Lucie ? Tu ne vas pas être contente, mais je me suis planté de chemin, on est coincés, je suis vraiment désolé...". C'est à ce moment précis qu'on a commencé à trouver tout ça vachement moins drôle : "non parce que ça va cinq minutes vos conneries et votre manie de tout improviser, mais là on est mal, on est très très mal même, et je vous rappelle que j'ai la cheville en vrac, et que si on doit sortir de là à pied, ben on n'est pas arrivés !", suivi par la petite voix de Junior "euh... en plus là maman je commence à avoir un peu froid...". Silence...

Le jour où on a voulu voir la neige dans le Jura
Le jour où on a voulu voir la neige dans le Jura
Le jour où on a voulu voir la neige dans le Jura
Le jour où on a voulu voir la neige dans le Jura

Un peu moins d'une heure plus tard, un autre ami de Lucie arrivait avec une voiture mieux équipée et plus puissante pour nous sortir de là, ce qu'il fit non sans mal. Sauf qu'une fois revenus sur une route praticable, il nous restait toujours à retrouver la Smart, si tant est qu'elle ne soit pas ensevelie sous 2 mètres de neige !!!

Le jour où on a voulu voir la neige dans le Jura

Sachant qu'une fois dans notre automobile, on avait encore au moins 3 ou 4 km à faire pour redescendre jusqu'à la nationale, et que la route sur laquelle nous étions était praticable pour une voiture équipée, mais certainement pas pour une Smart For Four sans chaînes, boite automatique et propulsion arrière (la grosse blague !!!). "Ah oui quand-même !" nous dit alors celui qui nous avait sorti du champ de neige... et qui se trouvait être... pilote de rallye !!! "Dis-moi copain, tu nous la redescendrais pas jusqu'à la nationale notre titine ?". Alors lui, les quatre bornes, il s'en est fait un cache col, mais nous derrière on n'en menait pas large en voyant la Smart chasser sévère dans les virages... Bref, on a fini par retrouver la civilisation (en l'occurrence St-Claude, mais après ce qu'on venait de vivre, d'un seul coup c'était New York !!!) et reprendre la route sous des trombes d'eau (sinon c'était pas marrant) direction la Bourgogne.

Bref, on a vu la neige dans le Jura !

NB : et sinon, l'Hôtel du Trappeur est vraiment très sympa. Allez-y de notre part (ou pas !)

HOTEL LE TRAPPEUR

Le Manon, 39310 Les Molunes
Tel : 03 84 41 21 26
contact@hoteltrappeur.com

http://www.hoteltrappeur.com/fr/

Rendez-vous sur Hellocoton !
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Lulu from Montmartre

Lulu, pacsée, maman comblée, marâtre assumée et communicante digitale de proximité. Lulu From Montmartre est mon blog personnel. Pour tout savoir sur Montmartre autrement, rendez-vous sur www.montmartre-addict.com.
Voir le profil de Lulu from Montmartre sur le portail Overblog

Commenter cet article

Aurorevoyage 03/02/2018 07:33

OMG ! Clairement on ne plaisante pas avec la neige, quelle galère ! Mais sinon, cet article est juste génial, et vous avez quand même bien relativisé. Bravo à vous :)

Emma 01/02/2018 21:42

j'en pleure de rire ! cte honte quand même devant les locaux...
je que je préfère quand même c'est le truc du GPS..... en dehors des grands axes il vaux mieux écouter les indigènes !

lol

MILLA - La Galerie, blog de Voyages 01/02/2018 09:36

Le tout c'est de savoir reconnaitre ses erreurs haha ! N'empêche, ils ont l'air vachement sympa ces gens dans le Jura, sa donne envie d'aller visiter leur région !!
Je monte souvent en station (parfois avec beaucoup de neige) avec ma petite C3 sans problème (mais avec de bons pneus hiver).
Cela dit quand je passait une semaine au ski chaque année, je rageais quand je voyais des touristes monter en station sans équipements (surtout ceux qui y vont chaque année, investir dans des pneus hiver devient important). Résultat, ils bloquent toute la route (ou roulent à 20km avec les chaines...) parce qu'ils n'ont pas voulu acheter les bons équipements et tant pis pour ceux qui les ont...
Bref heureusement que vous vous en êtes bien sortis, j'aurais piqué une crise à ta place je pense !

Lulu from Montmartre 01/02/2018 09:58

Je pense qu'on a retenu la leçon ;)

Deb 01/02/2018 02:28

Ahahahaha! Je suis morte de rire! Evidemment, c'est toujours plus facile de rire de tout ça après. J'espère que vous êtes tous au chaud désormais. :-)

Lulu from Montmartre 01/02/2018 09:57

Oui, heureusement ;)

Sheily 31/01/2018 23:49

J'ai ri ! J'ai ri ! Et je ris encore !

Lulu from Montmartre 01/02/2018 09:56

Tu peux !