Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Lulu from Montmartre

Le zapping de Lulu #3

25 Janvier 2015, 09:00am

Publié par Lulu from Montmartre

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les instantanés de la semaine #95

24 Janvier 2015, 09:00am

Publié par Lulu from Montmartre

01. Lecture montmartroise

01. Lecture montmartroise

02. Touriste à Montmartre, 75018

02. Touriste à Montmartre, 75018

03. Mon petit bonheur du jour avec La Thé Box

03. Mon petit bonheur du jour avec La Thé Box

04. Prix d'Amérique coming soon, Paris 75017

04. Prix d'Amérique coming soon, Paris 75017

05. Castelbajac's night, Paris 75006

05. Castelbajac's night, Paris 75006

06. Métro Vaneau, Paris 75006

06. Métro Vaneau, Paris 75006

07. Petit déjeuner post danse, Montmartre 75018

07. Petit déjeuner post danse, Montmartre 75018

Rendez-vous sur Instagram !

  

Rendez-vous sur Hellocoton !

L'Etoile des Gourmets : le bon plan gourmand pour les feignants

20 Janvier 2015, 07:00am

Publié par Lulu from Montmartre

Autant j'aime bien occasionnellement passer du temps en cuisine pour préparer une recette, autant la cuisine au quotidien me gonfle prodigieusement. Mon manque d'organisation légendaire peut faire tourner la préparation des repas au cauchemar, et même si PacsMan participe activement aux tâches quotidiennes, la cuisine n'est pas vraiment son fort ; disons qu'à part les oeufs brouillés qu'il prépare mieux que personne, et la salade au lavage de laquelle il est préposé, si je veux manger quelque chose de bon et consistant, j'ai plutôt intérêt à m'en occuper... Pourtant, parfois, j'apprécierais vraiment de pouvoir manger un repas raffiné que je n'aurais pas préparé.

C'est désormais possible grâce à l'Etoile Des Gourmets, qui livre à domicile des plats élaborés et préparés par de vrais chefs. La livraison à domicile, tout le monde connaît, mais surtout pour les pizzas ou les sushis. Là, il s'agit de plats gastronomiques "faits maison" à partir de produits frais, de qualité et de saison.

Le principe est on ne peut plus simple : en allant sur le site, vous composez votre menu en quelques clics, et vous recevez le soir même (pour toute commande passée avant midi) votre colis réfrigéré chez vous ou chez un boulanger partenaire. Il ne vous reste plus ensuite qu'à réchauffer les plats conditionnés sous vide (ce qui évite de salir vingt-cinq gamelles), puis à les présenter joliment dans des assiettes (quand-même, on n'est pas chez les sauvages !) et à déguster. Et si en plus personne n'a eu accès à la cuisine durant l'opération, vous pourrez toujours dire que c'est vous qui avez tout fait, pour une fois on vous pardonne !

Un peu avant Noël, j'ai eu la chance de voir débarquer chez moi un charmant jeune homme, qui m'a livré de quoi faire un super repas* pour deux personnes. Au menu, nous avions en entrée des oeufs mollets à la crème de morille (avec des mouillettes de pain brioché qu'on a adorées !), des souris d'agneau confites au citron sur fondant de potimarron (très bon) et des crèmes brulées minute à la fève tonka, qu'on a fait brûler pour de vrai, celles-ci ayant été livrées avec tout ce qu'il fallait pour, et ça nous a fait marrer. Chaque plat est accompagné d'une fiche contenant les conseils de préparation, et je peux vous affirmer que nous nous sommes vraiment régalés. Pour être une adepte des plats cuisinés qu'on trouve en grande surface (et qui me sauvent mes déjeuners en solo à la maison), c'est franchement bien meilleur, et surtout beaucoup plus copieux !

L'Etoile des Gourmets : le bon plan gourmand pour les feignants
L'Etoile des Gourmets : le bon plan gourmand pour les feignants
L'Etoile des Gourmets : le bon plan gourmand pour les feignants
L'Etoile des Gourmets : le bon plan gourmand pour les feignants
L'Etoile des Gourmets : le bon plan gourmand pour les feignants

Alors évidemment, c'est aussi plus cher qu'une pizza, mais ça n'a rien à voir non plus. Et 16€ pour un risotto aux noix de Saint-Jacques, sablé de parmesan, ou 33 € pour un menu découverte comme le nôtre, je ne trouve pas ça complètement délirant. J'ai donc été conquise par l'Etoile Des Gourmets, et j'en connais quelques uns qui feraient bien de noter l'adresse, particulièrement celles et ceux qui chercheraient à épater un amoureux ou une amoureuse lors d'un premier rendez-vous ; ça fait toujours meilleur effet qu'un plat de coquillettes et un yaourt périmé !

www.etoiledesgourmets.com

*repas offert par l'Etoile Des Gourmets

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le zapping de Lulu 2015 #1 #2

18 Janvier 2015, 09:00am

Publié par Lulu from Montmartre

Parce que je suis ici, mais ailleurs aussi !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les instantanés de la semaine #94

17 Janvier 2015, 10:50am

Publié par Lulu from Montmartre

01. Profiter de la vie, Paris 75009

01. Profiter de la vie, Paris 75009

02. The King, Paris 75009

02. The King, Paris 75009

03. Coucher de soleil sur une journée historique, Montmartre 75018

03. Coucher de soleil sur une journée historique, Montmartre 75018

04. Le jour d'après, Paris République

04. Le jour d'après, Paris République

05. Hiver montmartrois, 75018

05. Hiver montmartrois, 75018

06. Taxi montmartrois, 75018

06. Taxi montmartrois, 75018

07. Macaringues by Les Fées Pâtissières, Paris 75016

07. Macaringues by Les Fées Pâtissières, Paris 75016

08. Apéro time au Bar Très Ephémère, Montmartre 75018

08. Apéro time au Bar Très Ephémère, Montmartre 75018

09. Dans le cartable de Junior

09. Dans le cartable de Junior

Rendez-vous sur Instagram !

  

Rendez-vous sur Hellocoton !

Lecture d'hiver : Le Complexe d'Eden Bellwether

14 Janvier 2015, 07:00am

Publié par Lulu from Montmartre

C'est exactement le genre de livre que j'aurais pu dévorer en moins d'une semaine si je n'avais pas été aussi fatiguée, PacsMan me retrouvant en décembre quasiment tous les soirs endormie avec le bouquin tombé des mains... J'étais tellement à côté de la plaque avant Noël que je pense que c'est la première fois que je pars à la campagne en oubliant mon livre, ce qui m'a prodigieusement énervé d'autant qu'il ne me restait qu'une cinquantaine de pages à lire...

Mais parlons plutôt de ce livre, "Le Complexe d'Eden Bellwether", lu dans le cadre des Matchs de la Rentrée Littéraire organisés par PriceMinister-Rakuten. Il s'agit du premier roman de Benjamin Wood, jeune auteur britannique déjà largement salué par la critique.

Eden Bellwether est un être atypique, égocentrique et organiste de génie, convaincu des vertus hypnotiques de la musique. Sa soeur, sur laquelle il exerce une emprise perverse et diabolique, tombe amoureuse d'Oscar. Celui-ci rentre dans le cercle amical et familial des Bellwether, et découvre qu'Eden représente un réel danger pour son entourage, tout en se prenant lui-même au jeu...

"Le complexe d'Eden Bellwether" aborde avec intelligence et finesse le délicat sujet de la frontière entre génie et folie. Narcissique, manipulateur, Eden Bellwether n'en est pas moins fascinant. Le roman se lit un peu comme un polar, un thriller psychologique qui ne laisse pas une seconde de répit. On entre avec Oscar dans le clan Bellwether, on s'y sent aussi mal à l'aise que lui, et au travers des mots, l'auteur parvient à nous manipuler tout comme Eden manipule son entourage. Un peu comme Herbert Crest, l'un des personnages principaux, on n'y croit pas mais on veut savoir, et il est difficile d'échapper au machiavélisme d'Eden.

Ce roman est à la fois captivant et déroutant à plus d'un titre, et aborde également le thème de l'espoir de manière particulièrement originale : "Ma théorie est que l'espoir est une forme de folie. Une folie bénigne, certes, mais une folie tout de même. En tant que superstition irrationnelle, miroirs brisés et compagnie, l'espoir ne se fonde sur aucune espèce de logique, ce n'est qu'un optimisme débridé dont le seul fondement est la foi en des phénomènes qui échappent à notre contrôle." A méditer...

Le complexe d'Eden Bellwether - Editions Zulma

Le complexe d'Eden Bellwether - Editions Zulma

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le jour où j'ai marché pour la liberté

12 Janvier 2015, 07:00am

Publié par Lulu from Montmartre

Hier, nous avons marché en famille. Nous n'avons marché derrière personne, nous avons marché pour la République, pour la Liberté, pour la Paix. Je redoute la foule, je n'avais pas manifesté depuis mes années lycée, mais rien n'aurait pu m'empêcher ce dimanche d'aller défiler dans les rues de Paris. Et j'étais fière de voir que la majorité, si ce n'est la totalité de mes amis, marchaient aussi.

Quand nous sommes partis de Montmartre, aux alentours de 14h, nous avons tout de suite compris qu'il ne servirait à rien de tenter de se rapprocher de la Place de République en transports ; nous étions déjà nombreux à descendre de la Butte pour rejoindre le boulevard Magenta. Aux abords des gares du Nord et de l'Est, nous avons vu des centaines de gens rejoindre le boulevard. A Jacques Bonsergent, nous étions des milliers, on ne pouvait presque plus avancer, et on a continué, tous ensemble, parce que nous voulions atteindre République. Il y a eu les premières salves d'applaudissements, j'avais la gorge tellement nouée... Il y a eu ce coup de téléphone de ma marraine, qui m'a dit "je suis devant ma télé, j'ai allumé une bougie, je suis avec vous, je voulais que tu le saches", elle pleurait... Il y a eu Junior, sur les épaules de son père, impressionné par la foule, et son visage qui se découpait en contre-jour à côté de la statue de la République... Il y a eu ma maman, qui du haut de son mètre 52 voulait à tout prix prendre des photos, et qui était si fière d'être là... Il y a eu ces femmes voilées, qui brandissaient haut et fier des crayons vers le ciel... Il y a eu ces panneaux, ces dessins, ces messages... Il y a eu cette foule, ces hommes, ces femmes, ces enfants, unis dans un même élan de fraternité...

Il y a eu beaucoup beaucoup beaucoup d'amour hier dans les rues de Paris, et c'était bien. Ç'aurait juste été tellement mieux si on n'avait pas été obligés de subir autant d'horreurs pour vivre ce moment.

Le jour où j'ai marché pour la liberté
Le jour où j'ai marché pour la liberté
Le jour où j'ai marché pour la liberté
Le jour où j'ai marché pour la liberté
Le jour où j'ai marché pour la liberté
Le jour où j'ai marché pour la liberté
Le jour où j'ai marché pour la liberté
Le jour où j'ai marché pour la liberté

Les instantanés de la semaine #93

10 Janvier 2015, 12:57pm

Publié par Lulu from Montmartre

Après l'escalade dans l'horreur vécue ces derniers jours, ces instantanés de la semaine ont forcément un goût bien amer... Parce que chacun se souviendra à sa manière de cette semaine si particulière, pour moi, il y aura désormais un avant et un après la photo du Sacré-Coeur dans le brouillard, parce qu'elle a été prise très exactement à l'heure de la fusillade au siège de Charlie Hebdo ; un peu comme si Dieu, s'il existe, ne voulait surtout pas voir ce qui se passait juste en dessous, en plein Paris... 

01. Terrasse sous la pluie, Montmartre 75018

01. Terrasse sous la pluie, Montmartre 75018

02. Epiphanie

02. Epiphanie

03. Hiver montmartrois, 75018

03. Hiver montmartrois, 75018

04. Soldes

04. Soldes

05. Mercredi 7 janvier 2015, 11h30

05. Mercredi 7 janvier 2015, 11h30

06. #jesuischarlie

06. #jesuischarlie

07. Sortie d'école, Montmartre 75018

07. Sortie d'école, Montmartre 75018

Rendez-vous sur Instagram !

  

Rendez-vous sur Hellocoton !

La nausée

8 Janvier 2015, 07:00am

Publié par Lulu from Montmartre

Hier, j'avais prévu d'aller faire les soldes... J'étais d'humeur joyeuse, j'avais bien bossé le matin, récupéré Junior à la sortie de l'école, nous avons déjeuné, et au moment de partir pour le déposer au tennis, j'ai vu passer des mots sur les réseaux sociaux. Fusillade. Charlie Hebdo. On a pris la voiture, j'ai mis la radio, doucement pour que mon fils n'entende pas trop. J'avais peur de ce que j'allais entendre. On annonce de nombreuses victimes, et puis au fur et à mesure des minutes qui s'écoulent, le récit du massacre se fait plus précis... Je suis rentrée chez moi, j'ai senti la nausée monter, vraiment, physiquement, j'ai eu envie de vomir. Je n'ai pas allumé la télé, je ne voulais pas voir, je ne voulais pas entendre. Sur les réseaux sociaux, toutes les réactions étaient les mêmes : abomination, consternation... J'ai vu que le plan vigipirate était renforcé, et j'ai pensé que ce n'était peut-être pas très prudent de prendre le métro et d'aller faire les magasins. Mais rester chez moi aurait signifié que j'avais peur, et que je donnais raison aux barbares qui veulent nous terroriser. Alors je suis partie. J'ai pris le métro, il y avait peu de monde. Entre la Madeleine et Opéra, les magasins, d'ordinaire bondés en ce premier jour de soldes, étaient quasiment vides. Mon téléphone a sonné, numéro inconnu, je décroche, Junior au bout du fil. "Maman, le cours d'athlétisme est annulé et B. (le baby-sitter) est reparti". Le plan vigipirate est donc appliqué. J'appelle B., il fait demi-tour et retourne chercher Junior. Je suis rassurée, je continue mon shopping, mais bien sûr le coeur n'y est pas. La nausée, elle, est de plus en plus présente. A l'entrée des magasins il y des vigiles qui fouillent les sacs, qui surveillent. Je finis mes courses, je reprends le métro. Toujours aussi peu de monde, mais je sens bien que les gens se regardent bizarrement, et je n'aime pas ça. J'ai récupéré mon fils, nous sommes rentrés à la maison, et j'ai finalement allumé la télé, incapable de faire quoi que ce soit d'autre. Un peu comme je l'avais fait le 11 septembre 2001. Je suis terrassée. J'ai vu ces milliers de gens qui défilaient un peu partout en France et dans le monde. Je n'ai pas pu aller Place de la République, mais j'aurais aimé y être, par solidarité, parce que plus que jamais il faut que nous soyons tous unis ; TOUS.

Je n'avais pas prévu d'écrire quoi que ce soit sur ce qui s'est passé hier, parce que les sujets sérieux et qui plus est tragiques ne sont pas ceux avec lesquels je suis le plus à l'aise. Je n'ai rien posté sur les réseaux sociaux, j'ai juste changé ma photo sur mon profil Facebook. Je n'avais pas de mots. Mais en entendant ceux de Philippe Val sur France Inter hier soir, qui disait qu'il ne fallait surtout pas se taire, au contraire, qu'il fallait s'exprimer, s'indigner, dire ce qu'on ressentait, alors j'ai décidé de le faire. Parce que je suis horrifiée, bouleversée. Parce qu'hier, c'est la liberté qu'on a assassiné. Parce que ce n'est pas un attentat qui a été perpétré, c'est un meurtre. Parce qu'en s'attaquant à la presse et à l'humour, c'est aux valeurs fondamentales de la France qu'on s'en est pris. Parce qu'il faut se battre, ENSEMBLE, pour que la liberté, l'égalité et la fraternité demeurent à jamais les maîtres-mots dans notre pays. Avec nos armes à nous : les mots, l'humour et l'amour. En tout cas j'ai envie d'y croire, malgré la nausée...

La nausée

Rendez-vous sur Hellocoton !

Raclette Party chez les From Montmartre

7 Janvier 2015, 07:00am

Publié par Lulu from Montmartre

Depuis bientôt quatre ans que je raconte mes petites histoires sur le blog, il me semble que je ne vous ai encore jamais parlé de mon problème avec le fromage... Oui je sais, tout de suite, ça envoie du rêve ! Pour faire simple, je pourrais dire que je n'aime pas le fromage, et l'affaire serait réglée, mais ce serait moins drôle. En réalité, c'est beaucoup plus compliqué que ça, car du fromage, j'en mange malgré tout. Pas tous les fromages certes, mais tout ce qui n'a pas trop de goût et surtout pas d'odeur trouve grâce à mes yeux. Il m'arrive même de me laisser tenter par un petit bout de comté ou une part de camembert, à condition qu'il ne soit pas trop fort ou pas trop coulant. Je vais même jusqu'à adorer le Mont d'Or, pourvu que personne n'y ait touché avant moi.

En effet, ce que je ne supporte pas, c'est le fait qu'un fromage puisse, d'une manière ou d'une autre, être ou avoir été en contact avec un autre, ou pire, que quelqu'un d'autre que moi ait pu y toucher. Autant vous dire que l'idée d'un plateau de fromages où se côtoieraient dans l'allégresse chèvre, roquefort, emmenthal et brie de Meaux me lève le coeur, et encore plus s'il n'y a qu'un couteau de service. Et je ne mets jamais les pieds chez le fromager, à moins d'y être vraiment obligée. Pour couper court à toute polémique sur le sujet (j'en connais qui pensent que mon cas relève de la pathologie), je préfère donc dire en société que je ne mange pas de fromage. Et à la maison, j'ai MON fromage, et personne n'a le droit d'y toucher, ce qui a le don d'exaspérer PacsMan mais heureusement j'ai d'autres qualités...

Paradoxalement, j'adore la raclette ! Et la fondue aussi. Et la tartiflette. Parce qu'il n'y a qu'une sorte de fromage, et surtout parce que c'est cuit. Ou fondu dans le cas de la fondue ; CQFD. Bref, dès qu'arrivent les premiers frimas de l'hiver, nous organisons régulièrement des Raclette Party à la maison ; parce qu'on adore la charcuterie aussi ! A Montmartre, j'ai désormais un fournisseur attitré de raclette : La Jurasserie Fine. Jean-Philippe, le patron, est l'un des rares à avoir réussi à me faire manger du fromage à la coupe, son fromage est divin et sa charcuterie je n'en parle même pas ! Mais quand je ne suis pas à Paris et que j'ai envie d'une raclette, je vais en grande surface car le fromage y est vendu sous vide, et répond à mes normes personnelles en matière fromagère ; personne d'autre n'y a touché avant moi (et non je ne veux pas savoir ce qui se passe avant que le fromage ne soit coupé et emballé, merci).

J'ai récemment appris que Leerdammer, qui fait partie des fromages que je mange régulièrement, toujours selon mes critères personnels ((entre autre parce que les tranches sont déjà coupées, ce qui évite que quiconque vienne y coller son couteau !), revisitait le marché de la raclette avec deux nouvelles références "spécial pour vos raclettes" : nature et fumé. On m'a proposé de goûter, alors j'ai goûté. Verdict ? Bien sûr, ça ne vaut pas ma raclette montmartroise, mais quand on n'a pas une Jurasserie Fine dans son quartier, pourquoi ne pas manger du Leerdammer fumé ? D'autant que la marque propose des recettes originales auxquelles je n'aurais pas pensé, genre remplacer les cornichons par de la ciboulette ou des oignons ; pas con.

Raclette Party chez les From Montmartre
Raclette Party chez les From Montmartre

Et puis cette expérience m'aura enfin permis de faire mon coming-out fromager ; donc maintenant vous le savez, si vous m'invitez à dîner, évitez le plateau de fromages !

NB : Désolée pour la photo floue, mais la raclette ça donne soif, et l'eau c'est très mauvais avec le fromage ;)

Rendez-vous sur Hellocoton !